Trends

‘Humanae’, des photos qui rehaussent la couleur de la peau

Lorsque nous parlons de la couleur de peau que nous avons, nous pensons généralement : « J’ai la peau blanche, la peau foncée, etc. », mais la réalité est que, Pantone. C’est pourquoi le photographe brésilien Angélique Dass décidé de lancer le projet Humanaedans lequel il entend dresser un inventaire des tons de peau humaine.

Une idée qui a commencé en 2012 et a remporté le PHotoEspaña Festival Off Award 2013, Il a été présent non seulement dans les galeries d’art et les médias numériques, mais également dans les établissements d’enseignement dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à la complexité de mettre des étiquettes uniques sur la couleur de la peau.

C’est ainsi qu’il est né Humanae

Projet Pantone

« Nous vivons dans un monde où la couleur de notre peau ne fait pas seulement une première impression, mais la dernière. Je suis né dans une famille colorée. Mon père est le fils d’une dame dont il a hérité d’un ton chocolat noir intense. Il a été adopté…, ma grand-mère a une peau de porcelaine et des cheveux de coton. Mon grand-père était entre la vanille et le yaourt à la fraise, comme mon oncle et mon cousin. »

Projet Pantone

« Ma mère est la fille d’un natif du Brésil, à la peau brune avec une touche de noisette et de miel, et d’un homme à la peau brune avec du lait, mais avec beaucoup de café. Elle a deux sœurs. L’un avec une peau de cacahuète grillée et l’autre, également adopté, est plutôt beige, comme un crêpe… ».

Projet Pantone

« Je me souviens de mes premiers cours de dessin à l’école… Je n’ai jamais compris le seul crayon de couleur chair. J’étais chair, mais je n’étais pas rose. Ma peau était brune et les gens disaient qu’elle était noire. Si elle aidait à la cuisine à la fête d’un ami, les gens pensaient qu’elle était la bonne. J’ai même été traitée de prostituée simplement parce que je me promenais seule sur la plage avec des amis européens. »

Projet Pantone

« Et souvent, quand je rendais visite à ma grand-mère ou à des amis dans des immeubles de grande classe, c’était invité de ne pas utiliser l’ascenseur principal. Parce qu’au final, avec cette couleur et ces cheveux, je ne peux pas appartenir à certains endroits… Des années plus tard, j’ai épousé un Espagnol. Mais pas n’importe quel Espagnol. J’en ai choisi un avec la couleur de peau d’un homard brûlé par le soleil… Et c’est comme ça qu’il est né Humanae ».

Un carré de son nez est sa couleur

Projet Pantone

« Ceux qui posent sont des bénévoles qui ont connu le projet et décident d’y participer. Il n’y a pas de présélection des participants et aucune rubrique de classement ne fait référence à la nationalité, au sexe, à l’âge, à la race, à la classe sociale ou à la religion. Je fais des portraits sur fond blanc. Je prends un carré de 11 pixels de mon nez et c’est la couleur que je mets en arrière-plan. »

Projet Pantone

« Le choix du nez est intentionnel car c’est la première partie du corps qui change lorsque l’on prend le soleil, que l’on boit du vin ou que l’on a un rhume. Ensuite, dans un programme de montage, je sélectionne la couleur et cherche celle qui correspond sur l’échelle Pantone“.

Le projet parle de beaucoup de choses

Projet Pantone

« J’ai beaucoup d’histoires… Beaucoup sont des choses super excitantes comme, par exemple, les gens qui ont leur enfant en famille d’accueil et qui l’ont trouvé en ligne dans le projet et me remercie. Aussi des bénévoles de la Communauté de Madrid qui travaillent dans des écoles en conflit et qui m’ont écrit pour leur parler d’égalité, ou des personnes qui n’ont pas une histoire difficile mais qui croient que nous devons parler de cette question.

Projet Pantone

« Les couleurs sont fondamentales, mais ce n’est qu’une couche parce que je pense que je parle de beaucoup d’autres choses dans le projet. »

6 milliards de personnes est la limite

Projet Pantone

« Il n’y a pas de date fixée, c’est encore en développement, sa limite serait d’atteindre l’ensemble de la population mondiale. Actuellement, plus de 3 500 volontaires ont été dépeints. »

Projet Pantone

Des séances photo ont été prises dans 26 villes différentes et dans 17 pays différents : Madrid, Barcelone, Getxo, Bilbao et Valence (Espagne), Paris (France), Bergen (Norvège), Winterthur (Suisse), Groningue et La Haye Pays-Bas), Dublin (Irlande), Tyumen (Russie), Ghibelline et Vita (Italie), Vancouver (Canada), Ohio, Pittsburgh et Chicago (UE), Quito (Équateur), Valparaiso (Chili), Sao Paulo et Rio de Janeiro (Brésil), Córdoba (Argentine), New Delhi (Inde), Daegu (Corée du Sud) et Addis-Abeba (Éthiopie)… Pas de précipitation, mais pas de pause ».

Projet Pantone

Pour en savoir plus sur cet incroyable projet en cours, vous pouvez visiter le site qui Angélique Dass a développé, sa page de Facebookvotre compte de Twittersu Blog ou votre profil Instagram.

About the author

Admin

Passionnée d'écriture, je partage sur ce blog des articles que peuvent vous intéressé . J'espère que vous avez apprécié cet article : je vous invite à le commenter et à le partager si c'est le cas !

Leave a Comment